Page mise en ligne le 9 Août 2005 - Page dernièrement modifiée le Mardi 9 Août 2005

Autres populations savoyardes de Bouquetins

 

A travers cette page, je traîterai de autres populations de Bouquetins du département de la Savoie.

En premier lieu, il s'agit de la population de Bouquetins du massif du Grand Perron des Encombres, située en rive droite de la moyenne vallée de la Maurienne. Cette population a la particularité d'être la seule colonie de cette importance a être uniquement issu d'émigrations successives à partir d'une autre population (population originelle de Maurienne en l'occurence, dans le Parc National de la Vanoise).

Mais d'autres populations existent, notamment la population du Beaufortain, provenant d'émigrations à partir du noyau haut-savoyard des Contamines (massif du Mont-Blanc).


Plan :



 

 


POPULATION DU MASSIF DU GRAND PERRON DES ENCOMBRES


 

Origine de la population

Cette population est issue d'une émigration naturelle importane depuis la population originelle de Maurienne (Parc National de la Vanoise). C'est la seule colonie de cette importante qui provienne essentiellement d'essaimages naturels.

Les premiers individus, au nombre d'un ou deux (!!!) ont été observés au tout début des années 1960.

A la fin des années 1980, une nouvelle colonisation s'est produite, à partir de la population des Encombres cette fois, dans le massif de la Lauzière.

Retour vers le haut


Effectif et statut de la population

Alors qu'il n'y avait qu'1-2 individus en 1960, ils étaient plus de 250 en 1990.

Un comptage, effectué le 11 septembre 1992, a permis de dénombrer 358 Ibex, dont 61 cabris. A cette époque, le braconnage sévissait malheureusement au sein de la réserve (sévit-il toujours aujourd'hui ?), avec 4 Ibex tués retrouvés en 2 ans : 3 mâles retrouvés décapités en 1993 et 1 étagne atteinte par balle en 1994.

Depuis cette date, la population n'a plus progressé ou extrêmement peu puisque la population comptait 377 Bouquetins (comptage) en 2002.

Retour vers le haut


Territoires occupés

En été, les Bouquetins sont surtout localisés dans les environs du Perron des Encombres, principalement au sein d'une réserve intercommunale de chasse de près de 5700 ha.

En hiver, ils redescendent dans la vallée, au alentours des villages de Saint-Martin-la-Porte et de Saint-Julien-Mont-Denis. Le Bouquetin y trouve des zones d'hivernage exceptionnelle, en plein versant sud et descendant jusqu'à 600-700 mètres d'altitude.

A noter également, qu'à mi-chemin entre la population autochtone de Maurienne (Vanoise) et celle des Encombres, des Ibex vivent à l'année à très basse altitude (700-800 mètres environ), sur la commune de Saint-Michel-de-Maurienne. Les animaux, mâles et femelles, évoluent à 100 mètres au dessus de la Route Nationale, de l'Autoroute et d'une voie de chemin de fer... Bien sûr, ils y passent aussi l'hiver. Preuve que l'animal n'est pas inféodé aux hautes altitudes.

La migration est-ouest du Bouquetin sur la rive droite de l'Arc se poursuit, avec l'implantation de l'espèce dans la réserve de chasse de la Lauzière (1730 ha). Les 4 premiers animaux ont été aperçus en octobre 1987. 2 de ces Bouquetins étaient équipés de boucles auriculaires et provenaient de la population des Encombres.

Retour vers le haut

 

 


POPULATION DU BEAUFORTAIN


 

Origine de la population

Cette population, installée dans le massif du Beaufortain (Haute-Tarentaise), a pour origine des individus du noyau des Contamines dans le massif du Mont-Blanc (Haute-Savoie).

Les animaux ne semblent s'être jamais trop plus dans ce secteur et certains ont rapidement émigré dans la réserve italienne du Mont-Blanc (par le col de la Seigne), ainsi que dans la vallée des Chapieux, par où iles rejoignent Bourg-Saint-Maurice.

Retour vers le haut


Effectif et statut de la population

Au début des années 1990, une quinzaine de Bouquetins ont colonisé le Beaufortain, sur la commune de Bourg-Saint-Maurice. Le secteur Roignais - Terrasse abritait 328 Bouquetins en 2002.

En 1994, la vallée des Chapieux abritait 110 Ibex ; 95 en 2002.

Via cette vallée, la population reste en contact avec celle, initiale, des Contamines.

Retour vers le haut


Territoires occupés

Cette population occupe le massif des Roignais - La Terrasse, sur la rive droite de l'Isère - commune de Bourg-Saint-Maurice.

En contact avec la population initiale des Contamines, des individus sont aussi présents dans la vallée de Chapieux.

Retour vers le haut

 

 


POPULATION DE LA DENT D'AMBIN


Des individus, en provenance d'Italie, passent l'été dans le secteur de la Dent d'Ambin, sur la rive gauche de la haute vallée de la Maurienne (entre Modane et Lanslebourg).

Ils étaient près de 80 en 2002.

Je ne sais pas si des individus y passent également l'hiver.

Retour vers le haut

Bibliographie :

  • PN de la Vanoise, 1997-2003. - Rapports d'Activité 1997, 1998, 2002 et 2003.
  • WEBER Eric, 1994. - Sur les traces des Bouquetins d'Europe. - Edition Delachaux et Niestlé. 176 p.
  • E-mails de S. Thiebaud, datés de juillet à novembre 2004, ainsi que de Patrick Orméa (PN du Mercantour).

Retour vers la page précédente

Retour vers la page d'accueil